Le Pavillon de la France

Prouesse architecturale et exemple de savoir-faire à la française

DSC_0416Le Pavillon de la France est un bâtiment territoire qui représente un paysage inversé de 3 600 m², dont 2 000 m² bâtis, s’inspirant d’un marché sur deux étages à l’image des halles présentes partout sur le territoire, lieu d’échanges mais aussi de production. La reconnaissance de son engagement en faveur d’une architecture écologique innovante et nourricière a valu à l’agence d’architecture XTU de remporter en janvier 2014 la consultation lancée par FranceAgriMer pour le Pavillon de la France.

L’archétype du marché

Après s’être informé auprès de spécialistes de l’agriculture et de sociologues, il apparaît aux associés d’XTU que l’identité alimentaire de la France vient de son extraordinaire diversité géologique et génétique dont découlent les reliefs, les climats, les usages, les cultures, les produits… et l’excellence de sa gastronomie. Entérinant le concept du marché couvert en tant que carrefour de tous les choix alimentaires, XTU choisit de réaliser ce qu’ils considèrent comme son archétype : un grand toit abritant des espaces libres.

Un paysage construit

DSC_0422« La France symbolise un rêve culturel, un savoirfaire, un savoir-vivre » rappelle l’architecte Anouk Legendre. « C’est ce que nous avons voulu montrer au monde en imaginant un “paysage construit” qui évoque à la fois la diversité géographique des territoires, les spécificités agricoles et les cultures culinaires françaises ». Ainsi, au thème « Nourrir la planète, énergie pour la vie », XTU répond : « Le territoire comme terreau fertile de la nouvelle révolution alimentaire » avec un bâtiment qui représente les potentialités des territoires. Le Pavillon s’inspire d’une forme hexagonale que des soulèvements tectoniques auraient plus ou moins bouleversée. Ce « paysage construit » vient se glisser à l’intérieur du « marché », en sous-face du plafond, seule partie visible lorsque la foule se pressera dans cet espace de 2 000 m². Déformé par des reliefs symboliques, ce « plafond paysage » prend une dimension spectaculaire qui évoque de manière abstraite la variété des terroirs français.

Sens dessus-dessous

DSC_0420Soucieux d’attirer les visiteurs, les architectes ont développé une approche immersive de la scénographie en travaillant l’effet d’appel : depuis l’extérieur, le « bâtiment territoire » invite à un voyage intérieur. Une fois qu’il a pénétré dans le pavillon, le visiteur, sens dessus-dessous, est immergé dans ce paysage de collines. Les poteaux arborescents qui soutiennent ce « toit habité » structurent les espaces, les fonctions et les parcours : les espaces d’expositions, le marché proprement-dit et les espaces partenaires sont installés au rez-dechaussée. À la différence d’un marché couvert classique où les produits sont présentés sur des étals, la scénographie dispose les différents sujets qu’aborde le pavillon dans les alvéoles de la structure. Au menu de ces « voûtes d’abondance » : spécialités régionales, dégustations gourmandes, recherche scientifique et biotechnologique, agroécologie, nouvelles technologies agroalimentaires, progrès génétique, chimie du vivant, flore positive… Le premier étage regroupe les bureaux et les espaces VIP. Le restaurant, le Café des chefs, occupe le dernier niveau avec une terrasse.

Des formes libres

DSC_0424Entièrement fabriquée en bois français par l’entreprise Simonin, la structure en lamellé-collé est en épicéa à l’intérieur et en mélèze à l’extérieur. Tous les éléments – ossatures primaire et secondaire, plafond, plancher, façades, sont imbriqués les uns dans les autres pour constituer un seul et même ouvrage qui dessine à la fois l’enveloppe et la volumétrie intérieure. La « Canopée » est une structure conçue pour épouser parfaitement une surface tumultueuse très tourmentée, formée de creux et de bosses, composée d’arches qui partent du sol, passent au-dessus des bosses et retournent au sol. Les arches, disposées à 45° par rapport aux côtés du rectangle, à des entraxes de 4,50 m, reçoivent tout un réseau d’entretoises de forme à un entraxe horizontal de 1,50 m. Cette canopée représente 750 pièces courbes différentes pour 310 m³, ainsi que 1 139 pièces droites pour 284 m³ et 172 pièces de surfaçade mélèze pour 195 m³. Soit au total 2 061 pièces courbes et droites pour 780 m³. Avec cette géométrie complexe, la charpente tout en courbes et en contrecourbes du Pavillon de la France montre la capacité du bois à épouser des lignes organiques inhabituelles. Outre sa plastique remarquable, cette canopée met en valeur les innovations françaises en matière d’architecture bois avec des systèmes de fixation invisible (brevet Résix®). Les plans d’exécution ont été réalisés à l’aide d’un nouveau logiciel de dessin, et surtout le taillage sur machine à commande numérique donne une précision inégalable avec des méthodes traditionnelles, et tout cela dans un délai très court. À l’intérieur de la construction, deux niveaux de planchers permettent d’aménager : bureaux, locaux VIP, sanitaires, cuisines, restaurants, boulangerie, etc. Ces planchers sont rendus coupe-feu grâce à notre procédé agréé DALFEU®. La toiture en shed termine l’ouvrage, tout en conservant une partie terrasse végétalisée. Une structure écologique et low-tech S’inspirant du concept « low-tech », le Pavillon français est entièrement démontable et remontable. Avec ses flux d’air traversants et son procédé de tirage thermique par le lanterneau central, ce « marché paysage » bénéficie d’une ventilation et d’un rafraîchissement naturels qui en font un bâtiment à basse consommation d’énergie.

Le Pavillon de la France ultima modifica: 2015-05-22T00:00:55+02:00 da Antonio Mazzucchelli
2019 Driving Lombardia - P.Iva 06702290963 - info@drivinglombardia.com - Cookie policy & Privacy